fbpx

6 erreurs à éviter pour un coaching en orientation scolaire

6 erreurs à éviter pour un coaching en orientation

Faire le choix d’un coaching en orientation scolaire est une très bonne chose. Il y a cependant des erreurs à éviter afin de mener à bien votre démarche.

1 – Mal choisir son coach

Nous voyons naître ces dernières années de nombreux coachs en orientation scolaire. Vous allez y trouver de très bons experts mais aussi des professionnels non expérimentés et sans scrupules qui s’inventent “conseiller d’orientation” sans avoir ni l’expérience dans le domaine de l’éducation, ni les compétences.

Il faut donc bien vous renseigner sur la qualification du coach, son expérience dans le domaine et donc sa compétence pour accompagner votre enfant.

2 – S’y prendre trop tard

Pourquoi ne faut-il pas attendre la classe de terminale ou de première pour faire appel à un conseiller d’orientation scolaire ? Beaucoup d’élèves, étudiants et parents pensent que le choix de l’orientation est important en fin de lycée pour préparer ses études post-bac. Néanmoins, plus le projet d’orientation sera établi tôt, plus le projet aura le temps de mûrir. En fin de troisième doit se faire un premier choix entre la filière générale et technologique ou la filière professionnelle. Il est donc important d’entamer cette réflexion sur l’orientation en classe de troisième afin que l’élève puisse avoir le temps de bien bâtir son projet.

3 – Voir à court terme

Avant de réfléchir à la question de « quelle filière choisir ? » ou « quelle école choisir ? », il faut s’intéresser au projet professionnel de l’élève. Il convient donc dans un premier temps identifier les métiers qui lui correspondent le mieux et de se renseigner sur les débouchés pour pouvoir ensuite construire un parcours scolaire qui sera en adéquation avec ses envies et sa personnalité, en prenant en compte son dossier scolaire.

4 – Penser que son enfant n’en a pas besoin

Le coaching en orientation scolaire n’est pas réservé aux élèves qui ont des résultats moyens ou faibles. Votre enfant peut être excellent et voir ses résultats chuter car il n’a plus d’intérêt pour ce qu’il fait. En effet une mauvaise orientation peut conduire votre enfant à l’échec. Il faut donc vous assurer que son projet professionnel soit bien construit et que son cursus soit en adéquation avec son objectif de vie et de métier.

5 – Occulter la personnalité de l’élève

Il n’est pas possible de déterminer l’orientation d’un élève seulement en fonction de son dossier scolaire et son niveau. Même si ce critère doit impérativement être pris en considération, il ne faut pas occulter la personnalité de votre enfant. Ce qu’il aime, ce qui l’anime au quotidien, ses centres d’intérêts, ses qualités et ses envies doivent être pris en compte dans la construction de son projet et du choix de ses études.

6 – Construire le projet à la place de l’élève

Le premier acteur de cette réflexion doit être votre enfant. Ni le conseiller ni les parents ne peuvent faire des choix à sa place. Le conseiller est là pour le guider, lui faire prendre confiance, l’informer sur toutes les filières et cursus possibles et lui donner des pistes de métiers qui sont en adéquation avec sa personnalité, ses besoins, ses envies, ses qualités et ses capacités. Il doit amener votre enfant à se poser les bonnes questions. Il doit le faire réfléchir à son projet en toute objectivité pour ne pas se tromper. L’élève doit être le seul décisionnaire de son avenir professionnel et personne d’autre ne peut prendre de décision à sa place.

En tant que conseiller d’orientation privé, professionnel expérimenté de l’éducation, j’accompagne les jeunes et les adultes à trouver leur voie. Je reçois au cabinet et assure un coaching en orientation sur-mesure pour vous mener à la réussite. Les entretiens peuvent aussi se réaliser via Skype depuis la France ou l’étranger.

Découvrez les bilans d’orientation d’Expertam

[Total : 4   Moyenne : 5/5]